Les francophones de Flandre déplorent que la question des minorités et des discriminations linguistiques n’ait pas été abordée dans le rapport national

Mis en ligne le 4 novembre 2015

Six associations francophones de Flandre, regroupées sous la bannière CAFF – Coalition des Associations Francophones de Flandre – ont participé aux travaux préparatoires dans le cadre de l’EPU  organisé par l’ONU et que la Belgique subira bientôt (voir notre brochure Automne 2015).

Elles ont rédigés les recommandations suivantes :

1) la ratification de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales ;
2) l’identification des minorités nationales ;
3) la ratification du Protocole n°12 interdisant toutes discriminations ;
4) la mise en place d’un Institut National des Droits de l’Homme (INDH) ;
5) la collaboration avec la société civile ;
6) les informations sur les droits de l’homme et l’EPU publiées sur le site internet des Affaires Etrangères

Pourtant, les questions primordiales de la protection des minorités nationales et de la lutte contre les discriminations linguistiques ne sont absolument pas abordées dans le rapport national.

Ces questions ne sont pas des détails que les francophones de Flandre voudraient mettre sur la table et voir résoudre. D’autres institutions ou organisations – et non des moindres – soulèvent, elles aussi, le problème des minorités et des discriminations linguistiques : le Conseil de l’Europe, La Ligue belge des droits de l’homme et la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme p ex.

Un dossier à suivre donc, et que nous suivrons de près, soyez-en persuadés !

Note : L’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme du Conseil des Droits de l’Homme ayant pour but d’améliorer la situation des droits de l’homme dans chacun des 193 États membres des Nations Unies.
Par ce mécanisme, la situation des droits de l’homme de tous les pays membres de l’ONU est examinée tous les quatre ans et demi.

Communiqué de pressecpcaff29102015

Les commentaires sont fermés.